Saturday, September 5, 2020

 Savoir ce qu'il sied de faire à tout moment sans même avoir à réfléchir: toute formation ne vaut que si elle a cela pour finalité.

Thursday, September 3, 2020

 Dès que l'on vient au monde, on commence à vieillir, mais quand on meurt, on est toujours très jeune, trop jeune.

On est toujours trop jeune pour crever, mais non pour être (au moins) méchant.

Il était indéniablement beau, mais si cruel que tout le monde finit par le trouver abominablement laid.

Il ne cherche pas à plaire, et pourtant..., tandis que d'autres ennuient sans même faire exprès.

Quand personne ne se rappelle ce qu'a dit un orateur, c'est soit qu'il a été trop éblouissant, soit que personne ne l'a écouté.

On s'oblige à trouver le spectacle superbe quand le prix des billets est exorbitant.




Monday, August 24, 2020

 Le penser et l'agir n'ont de sens que dans le silence et l'obscurité, faute de quoi ils ne sont que des catachrèses qui encouragent le voyeurisme.

D'avoir l'esprit toujours occupé ne signifie point que l'on pense, d'avoir l'esprit trop occupé peut même constituer un sérieux obstacle à l'exercice de la pensée.

Penser, c'est entrer dans rapport actif avec tout ce qui n'est pas soi, avec l'altérité de l'autre qui le laisse in - tact.

S'approcher  de l'autre sans s'en approcher, c'est en cela, en cette auto - négation qui n'en finit pas de soi. que consiste le penser de la pensée.

Agir sans agir, ce n'est pas ne pas agir: si seulement l'on pouvait comprendre cela!

Quoi que l'on fasse ou ne fasse pas, on ne peut que nuire à autrui et à soi - même jusque dans la mort et même au - delà de la mort.





 Les enseignants, les maîtres sont, en général, si nuls, si cons, si intellectuellement et moralement affreux, qu'il se faut bien demander s'il ne faudrait pas voir en eux de véritables dangers publics.

Si on a de la chance, beaucoup de chance, on peut rencontrer, dans toute une vie, un prof, un seul prof, qui fasse pour soi une différence telle que toute son existence s'en trouve transformée, mais tout le monde n'a pas cette chance - là.

Un prof, ça ne sert pas à grand - chose et c'est déjà pas mal, vu que, dans la plupart des cas, un prof, ça ne sert à rien de bon.

Si au moins les enseignants savaient enseigner, on accepterait de les écouter, mais - encore qu'il faille reconnaître qu'enseigner, c'est difficile au point d'être impossible - c'est tellement rare.

Enfant déjà, je n'étais guère impressionné par les maîtres, mais - est-ce pour cela? -j'ai, par la suite, eu de la chance.

Un prof, me parlant, un jour, d'un de ses profs à lui, que je connaissais et que je trouvais plutôt sympathique, me confia qu'il parlait de Molière comme un dieu -j'ignorais que les dieux parlassent de Molière et je doute encore qu'ils, si tant est qu'il y en ait, le fassent -, mais je crois que c'était pour lui une manière de parler, une formule, médiocre, pour dire son admiration, et voilà ce qui se passe quand on a l'admiration facile.


Sunday, August 23, 2020

 Il est très difficile de savoir ce qui se passe exactement quand il se passe quelque chose, mais on peut , grâce à diverses actions, empêcher que se produisent certains événements, bien qu'on ne sache ce qui va se passer: ce sont, en général, des actions silencieuses dont on ne saisit la portée que bien après.

Vous arrivez bien tard, Monsieur; le train est déjà parti et, comble de malheur pour vous! - il a même fait un grave accident qui a causé la mort de tous ceux qui s'y trouvaient.

Il y a pire qu'une oeuvre inachevée: c'est, comme on l'aura deviné, une oeuvre achevée, mais en tout point exécrable.

Ceux qui savent regarder un film savent que ce qu'on voit n'est pas ce qui est, et qu'on ne voit pas ce qui est, sauf grâce à un agrandissement de l'image (Blow - up ) ou encore à la rétrospection par un autre de l'image (The Man who shot Liberty Valance), savent surtout que c'est avec l'aide d'un autre que soi ou de la technique que l'on voit.

Toute image est toujours mouvante; il s'agit de savoir regarder, de savoir re - garder.

Il y a des images qu'on ne fait pas que voir, mais que l'on entend également; c'est l'une des très grandes leçons de la peinture.














Wednesday, August 19, 2020

 Il y a le désir et il y a le Désir: ce qu'on appelle le désir, c'est tout simplement de l'ordre de l'appétit, de l'envie, voire du besoin, dont la répétition se transforme, comme l' a fort bien vu Lacan, en demande, le désir constituant la marque de l'impossibilité de la satisfaction de la demande, ce dont seuls certains, pas tous lacaniens forcément, sont conscients.


Je disais, un jour, à X - et ce furent les dernières paroles que je lui adressais viva voce - qui me parlait de ce qu'elle appelait un désir de pureté chez moi: "Sait -on jamais ce qu'on veut?"

Ce qu'on tient pour de la grandeur trop souvent n'est, encore que dans les seuls cas qui font qu'esquisser un sourire de mépris aux personnes austères, que de la hauteur, lais il n'est pas difficile de s'y laisser tromper, surtout si l'on n'est qu'un ...

Je ne sais trop si c'est - ayant failli dans la tâche qu'on lui avait, dans un moment d'optimisme exagéré, confié, ou qu'il avait, lui - même, dans cet excès de confiance en soi dont les sots - c'est - à - dire les ministres, les juges, bien des professeurs et, parfois, même des prêtres ont le secret, voulu entreprendre - pour s'excuser (modestement?) ou pour se défendre (plutôt agressivement?), si c'est pour s'excuser et se défendre successivement - ce dont on pourrait croire tout le monde capable - ou pour se'excuser et se défendre similtanément, comme si l'excuse et l'autodéfense, comme si la modestie et l'insolence chez lui se confondaient, mais toujours est - il qu'il trouve opportun de me dire, de m'apprendre peut - être, selon lui, qu'il n'est pas Dieu, propos bizarre, insultant même (comme si je ne le savais pas) auquel, néanmoins, je souscris volontiers en l'interrompant : " Ne vous inquiétez pas: même Dieu n'est pas Dieu, il n'est as que la représentation que l'on se fait de Dieu qui, n'importe comment, n'existe même pas " et, sur ce, je choisis de tout simplement de m'en aller, mais avec une telle célérité, qu'il doit aujourd'hui encore, se poser bien des questions à mon sujet.

Si ceux qui lisent les journaux et font confiance aux médias - à ceux d'aujourd'hui surtout -, prenaient le soin de lire Herder, ils cesseraient incontinent de lire le journal; d'écouter la radio de regarder la télévision, mais ceux qui lisent les journaux d'aujourd'hui, ne lisent pas Herder.

Il n'y a pas si longtemps, on pouvait encore lire les journaux, tandis qu'aujourd'hui, même des auteurs célèbres de livres écrivent moins bien que des élèves de 3e.






Tuesday, August 18, 2020

 Ce qui, en vérité, est, n'est, au fond, jamais ce qu'on voit , et ce qu'on voit n'est jamais vraiment ce qui est.

On ne voit, au fond, que des fragments, que des morceaux, des éclats, et on a la légèreté de croire qu'on a vu et compris.

Le problème de l'être avec, du vivre avec, ce n'est pas qu'on ne voit, ni ne comprend ce qui est, c'est que, bien qu'on ne voie ni ne comprenne rien à rien,on est convaincu de savoir, de tout savoir, de tout comprendre.

Le langage empêche d'appréhender la réalité, autrement dit toujours oblige à toujours s'efforcer d'appréhender la réalité.

A Nodier qui disait que "la réalité est une passion inutile", on pourrait faire remarquer la réalité est une passion impossible, encore qu'il ne soit pas impossible que c'est précisément ce que Nodier, que Balzac, lui - même, admirait, avait en tête, Nodier qui ne devait pas ignorer que si toute passion fait souffrir, c'est parce que toute passion est impossible et, donc, inutile.

Il fut un temps où les écrivains écrivaient, afin de pouvoir manger, dans des journaux, mais les temps ont changé, car maintenant ce sont les journalistes qui se croient des écrivains.